Skip to content

Home > GNU/Linux > Pourquoi promouvoir GNU/Linux ?

Pourquoi promouvoir GNU/Linux ?

Tuesday 5 August 2003, by Stéphane Téletchéa

Pour ceux qui ne sont pas encore familier avec les notions informatiques, je vais faire un petit résumé : un ordinateur (le matériel) a besoin d’un système d’exploitation pour être utilisé (les logiciels).

Si vous ne pouvez pas facilement fabriquer le matériel, et le reproduire, il n’en est pas de même des logiciels. En effet le coup de copie d’un logiciel est marginal (on peut multiplier les bits pour pas un rond, juste quelques Watts). Il est aisé de constater que de nombreuses firmes dont certaines très connues, profitent d’une situation de quasi-monopole pour distribuer un système d’exploitation qui ne leur coûte pas cher à reproduire.
Le seul coût réel est celui du développement des logiciels, de la promotion et de la distribution de ceux-ci.

Partant de ce constat, Richard Stallman a créée une fondation, la Free Software Fondation (FSF), qui a pour but de promouvoir un type de logiciel particulier, le logiciel libre.

L’idée est simple, mais astucieuse : comme je viens de le dire, le coût le plus important est le développement, la promotion et la distribution des logiciels. Le plus important des trois est le développement.

Afin de réduire les coûts au minimum, plusieurs programmeurs se sont réunis (virtuellement et parfois physiquement) afin de mettre leur travail en commun. Ainsi ce travail collaboratif a donné naissance à la reproduction de nombreux outils déjà disponibles sur d’autres systèmes (commande unix usuelles, ...) souvent en améliorant leurs possibilités, mais aussi à la création de nombreux autres.

L’ensemble de ces outils a été regroupés par la FSF. Afin de garantir que le travail collaboratif profite à tout le monde, et que celui-ci ne soit pas ’volé’ par une société commerciale, la FSF a défini des libertés fondamentales :

1 - La liberté d’étudier le fonctionnement d’un programme, donc d’accéder à son code source ;

2 - La liberté de modifier le code afin de l’améliorer, le corriger ;

3 - La liberté de le distribuer librement, si tant est que la redistribution implique des copies exactes, y compris la licence de redistribution.

Pour plus de précisions, vous pouvez vous référer au site de la FSF.
Donc nous avons un système qui nous permet d’utiliser un ordinateur mais pourquoi l’utiliser alors qu’il n’est pas (encore) très connu du grand public ?

...

Tout simplement parce que son mode de développement collaboratif vous garantit son avenir. Ensuite, parce qu’il a atteind un stade de maturité équivalent à de nombreux produits propriétaires, avec souvent de l’avance dans certains domaines -sécurité et stabilité en particulier-. Enfin parce qu’ainsi vous devenez acteur de votre consommation informatique : au lieu d’acheter le tout dernier logiciel à la mode, vous le téléchargez, le récupérez d’un magazine, ou le trouvez dans une distribution commerciale (comme le fait MandrakeSoft), ce qui vous permet de maîtriser le développement de votre système et même d’y participer !

Ainsi de consommateur forcé, vous devenez acteur, ce qui procure bien des aventures (avec parfois des déconvenues) mais le jeu en vaut la chandelle !

Pour conclure, j’utilise GNU/linux depuis septembre 1999 et vous pouvez me croire : le développement est fulgurant, très peu de domaines lui résistent encore.

Alors qu’attendez-vous pour vous y mettre ?

Stef

1 Message

  • > Pourquoi promouvoir GNU/Linux ? 16 January 2004 at 07:53, by Claude Baudouin

    Je ne vois pas quoi ajouter, tu as parfaitement résumé la situation. Ma première installation de Linux date d’environ 5 ans, c’était une Slackware. J’ai fait mes premières armes en micro-informatique avec le fameux Apple2 et si un collègue ne m’avait pas transmis sa passion Linux je me serais probablement désintéressé de la micro-informatique. L’époque de l’Apple2 était une époque de créativité et grâce à Linux cela est toujours possible. Nous voulons être acteur et avoir des aventures...
    Merci pour ton site

    Reply to this message

Comment on this article